Passion patate / Velouté glacé patate douce, coco et gingembre

LOVELYLUCKYFACTORY_VELOUTE PATATE DOUCE_

A la veille du premier mois en -bre,  je te propose d’attaquer joyeusement la rentrée, la tête encore bien ancrée en été. De lutter activement contre le blues de septembre en dévorant un plat d’été-hiver. Ouais. Une assiette bourrée de bons glucides pour assimiler plein de nouvelles connaissances, initier de nouveaux projets avec un cerveau bien alimenté, recommencer les séances de kick boxing avec des muscles bien irrigués… mais en gardant sérieusement un pied sous les tropiques. En offrant à ton palais de la fraîcheur veloutée aux bons goûts d’ailleurs. Une soupe froide divinement onctueuse, épaisse à souhait et assurément exotique où la patate douce danse le biglemoi avec le lait de coco, où les oscillations du gingembre font vibrer les feuilles de coriandre pour enchanter tes papilles. On ne rigole pas : ce velouté, c’est de l’évasion en bol.

A cuisiner en écoutant Polo & Pan

Lire la suite

Publicités

Garde tes points ! / Ginger beer alcohol-free

Aujourd’hui fabriquons ensemble de la ginger beer, aka la désaltérante et piquante boisson gazeuse au gingembre non alcoolisée, qui te permettra de :

  • bicher devant tes amis en sirotant cette boisson plutôt difficile à dénicher en France
  • t’hydrater tout au long d’un pot de départ / d’anniversaire  en gardant les idées bien claires, la posture digne et le verbe juste
  • rentrer de soirée sans sueur froide au moindre barrage routier
  • réveiller tes papilles à coups de picottis gingembresques
  • rester jeune et beau grâce aux propriétés super-anti-oxydantes du gingembre

Mes papilles avaient déjà découvert l’addiction provoquée  par ce picotant breuvage à Edinburgh l’an passé. Depuis, j’en ai revu/rebu ça et là en Belgique et aux Pays Bas. Bizarrement, on n’en trouve pas du tout en France. Qu’à cela ne tienne, lançons-nous !

*pause culture*

A l’origine, la ginger beer serait une boisson fermentée d’origine jamaïcaine. Les anglais auraient commencer à en produire au début du XVIIIème siècle pour au final inonder le marché anglais et américain au milieu du XXème siècle.

lovelyluckyfactory_gingerbeer_4J’ai testé et approuvé (avec mes chers cobayes, encore merci à vous) deux manières de confectionner de la ginger beer. Tout d’abord, la version artisanale « vivante », avec fermentation maison. Cette méthode délivre une boisson légèrement pétillante, aux arômes de levain. Comme il s’agit d’une véritable fermentation, il s’agit de travailler avec une hygiène irréprochable et de conserver la boisson uniquement quelques jours bien au frais. La boisson est de fait très légèrement alcoolisée (pas assez pour te retourner la tête, rassure-toi) puisque les petites levures vont joyeusement transformer le sucre en gaz devant les yeux émerveillés du gingembre et du citron. Pour cette recette, je me suis basée sur la recette de Lille en bouche.

La seconde version que j’ai mise au point consiste davantage à confectionner un cocktail préparé juste avant dégustation, à base de sirop de gingembre maison, d’eau gazeuse et de citron. Cette méthode permet d’obtenir un véritable soda, ultra-pétillant, qui s’approche bien plus des ginger beer que l’on peut déguster en Grande Bretagne.

Au final, les deux méthodes permettent d’obtenir une rafraîchissante boisson estivale sans alcool qui change définitivement du Schweppes ou de l’Oasis. So, let’s brew !

A préparer en écoutant la rock-house mélancolico-pétillante de Ginger Ale :

Lire la suite

Pasta alle sarde / Pâtes aux sardines pour gourmets fauchés

lovelyluckyfactory_patesauxsardines_2Tu as des pâtes ? Une boîte de sardines ? Alors tu as des pâtes aux sardines !

Voici une recette bien nourrissante, pleine de saveurs et textures gourmandes, toute simple, peu coûteuse, qui te permettra de dévorer avec gourmandise des pâtes al dente come in Italia bourrées d’oméga 3, en faisant l’impasse sur le mercure.

Oui, car manger du poisson c’est bien, mais manger du petit poisson à courte espérance de vie qui ne s’est pas lui-même gavé d’autres poissons en entassant au passage une multitude de cochonneries qui traînent dans la mer, c’est mieux ! Si tu veux en savoir plus, rendez-vous sur le conso-guide de la mer publié par le WWF disponible ici. Entre nous, la sardine n’est pas le poisson le plus sexy du monde. Mais cuisinée ainsi, tendrement émiettée, relevée de gingembre, raisins et amandes, elle devient irrésistiblement gourmande si bien que cette recette peut vite devenir un incontournable de tes placards (presque) vides.

C’est une recette initialement vue sur l’incontournable blog Beau a la louche que je te propose ici, avec très peu de modifications car parfaite à mon palais !

A cuisiner en écoutant l’intégralité de Rats, le magnifique album de Batlhazar qui te donnera l’impression d’être embarqué sur un chalutier en pleine mer agitée, ou d’être enfermé dans une cale comme une sardine en boîte.

Lire la suite

Détox ou intox ? / L’apple monodiète passée au grill

A la fin de l’hiver, tu te sens gras comme un cochon, gonflé comme un poisson-lune, boudiné dans ton jean, saturé de vin-fromage à raclette, fatigué dès le réveil, enrhumé depuis des semaines ? Alors cet article purificateur va te plaire. J’ai expérimenté sur mon petit organisme la monodiète alimentaire, aka l’ingurgitation d’un seul et même aliment détoxifiant pendant quelques jours. Véritable formule miracle pour détoxifier son organisme, ou intox marketing mêlant spiritualisme et nutrition : la monodiète passe sur le grill !

La promesse de la cure détox monoalimentaire : faire le grand nettoyage, décrasser ton intestin de toutes les cochonneries qui s’y sont agglutinées ces derniers jours-mois-années. Permettre à ton corps une défragmentation salutaire, un reboot régénérant, alléger ton ventre et ton esprit pour regagner en énergie et immunité. Certains comparent cela à un jeun, en moins contraignant car tu peux continuer à manger. C’est en tout cas une cure bien moins drastique qu’un  véritable jeun de 10 jours avec eau, bouillon de légumes et/ou randonnée dans les Pyrénées.

Concrètement, le fait de consommer un seul aliment riche en antioxydants, fibres, minéraux et pauvre en calories pendant quelques jours permettrait à tout le reste de l’organisme de faire le ménage : l’intestin se mettrait au repos (un seul aliment à digérer),  le foie se nettoierait, les reins et le sang se purifiraient. Sur son blog Naturalistic, Johanne décrit d’ailleurs très bien son amour des cures détox.

Je te recommande d’ailleurs l’écoute de cette émission d’Ali Rebeihi où un naturopathe, un gastro-entérologue et un acupuncteur racontent la petite vie bactérienne qui se trame à l’intérieur de toi et ô combien il est important d’en prendre soin, à travers notamment une cure détox.

A contrario, plusieurs scientifiques et médecins comme la nutritionniste Audrey Cyr ne sont pas du tout convaincus par l’impact bénéfique de la monodiète : drastique, faisant uniquement perdre de l’eau (ce qui épuiserait les reins), fatiguant l’organisme (avec pour conséquence l’altération des capacités naturelles de détoxification : un comble pour une cure détox !), elle ne vaudrait pas une alimentation équilibrée au quotidien.

On constaterait également un effet rebond post cure dans certains cas, c’est à dire une prise de poids après la diète car le corps sous-alimenté va chercher à restocker ce qu’on lui a retiré. Surtout, les bienfaits des cures détox sur l’organisme n’ont absolument pas été démontrés par le corps médical. La notoriété de ces cures repose essentiellement sur les témoignages d’orthorexiques (les puritains du manger sain) qui décrivent leur regain d’énergie, leur plus belle peau, un regain de sentiments positifs, une clarté intellectuelle, une meilleure harmonie entre leur corps et leur esprit… Des éléments pas faciles à mesurer, donc.

Pour autant, naturopathes et médecins s’accordant sur le fait qu’une durée courte de cure (1 à 3 jours) ne pouvait pas être nocive, j’ai donc décidé de me lancer, sans objectif de timing précis, mais juste l’envie d’essayer une mise au vert interne.

Expérience à mener en écoutant Wax Tailor / Alien in my belly

Lire la suite

Vegandise / Chocolat viennois vegan et ses petits sablés gingembre #ikeahack

img_1914Parce qu’il est tout à fait possible de rester gourmand quand on cuisine vegan, et que je tiens mordicus à le prouver sur cet espace d’expression que je me suis auto-accordé,  voici le néologisme 2017 que je lance sous tes yeux ébahis et tes oreilles circonspectes : la  vegandise, alias la gourmandise version vegan (prononce-le comme tu veux, du moment que ça te rend heureux). Parce que l’on catégorise trop vite les végétariens ou végétaliens comme des mangeurs de carottes anorexiques au teint blême, parce que la bonne chair et l’épicurisme sont trop souvent l’apanage des ingurgiteurs de carcasses mortes et de crème fraîche. Parce qu’à défaut d’avoir une mission éblouissante (pouvoir dépolluer l’air, améliorer le système de l’éducation nationale, boucher le trou de la sécu…), je peux au moins participer à redorer le blason des végétaux et te donner envie, à toi curieux lecteur, d’expérimenter à ton tour mes recettes (et qui sait, à force de manger plus de végétaux, moins de graisses saturées, et moins de sucres raffinés, tu dégazeras moins, seras plus futé, iras moins chez le docteur, et j’aurais à ma façon contribué à la dépollution de l’air, à l’éducation de la nation, au rebouchage du trou de la sécu).

Commençons donc tout de suite par du lourd, l’un des monuments de la gourmandise hivernale : le chocolat chaud viennois. J’étais assez dubitative à l’idée de réaliser un chocolat au lait sans lait de vache. Étant moi-même plutôt accroc à ce réconfortant breuvage pour agrémenter les fraîches journées hivernales,  j’ai fais plusieurs essais, me suis servi de mon « expérience » en chocolat chaud lacté, pour parvenir à cette recette qui n’a rien a envier à l’onctuosité et à la gourmandise d’un chocolat chaud classique. Le secret, comme pour tout chocolat chaud, c’est le repos après la première chauffe. #slowlife C’est ainsi que tout l’onctuosité se révèle. Alors non, ce n’est pas un chocolat chaud express que je te propose ici, mais parfois, d’autant plus en hiver, il est bon de prendre son temps pour que les choses se fassent avec le temps qu’elles méritent. Je tiens tout de suite à te prévenir : ce chocolat chaud est différent du chocolat chaud que tu as toujours connu. Ne t’attends pas à retrouver exactement les mêmes arômes alors que l’ingrédient principal (le lait) a été remplacé. Je suis sûre qu’il saura surprendre tes papilles, apprivoiser ton palais, et t’apporter ce revigorant effet que tout chocolat chaud doit apporter à un organisme éprouvé par le froid.

Pour tenir compagnie à ce velouté chocolaté, je te propose ces petits bonhommes sablés aux épices. Merci à Love and lemons pour cette chouette recette ou les saveurs suaves de la cardamone, de la cannelle  et du gingembre se marient à perfection avec la mélasse de sucre de canne. Pour réaliser cette recette, il faut avoir dans son placard quelques ingrédients qui sortent du quotidien mais qui sauront sans souci s’intégrer à de futures réalisations. Ces sablés très sablés et légèrement épicés m’ont fait penser aux PEPPARKAKA que l’on trouve chez Ikea. La nouveauté : l’utilisation de mélasse de canne et de flax seed egg, c’est à dire le remplacement de l’œuf par un mélange de de graines de lin. Oui. C’est possible. La graine de lin moule mêlée à de l’eau chaude se transforme en une espèce de gelée qui s’utilise comme un œuf (Antigone te l’expliquera mieux que moi). J’avais fait un premier essai à nouvel an, et mise à part le fait que je n’avais pas assez broyé mes graines de lin, le résultat était plutôt satisfaisant (autrement dit, le gâteau se tenait. Merci au passage aux confiants cobayes d’avoir dévoré cette nouvelle expérience culinaire). Soyons honnêtes, une pâte à gâteau à base de gelée de graines de lin n’a pas la même tenue qu’une pâte à sablés classique. Il faut un peu plus d’huile de coude pour les réaliser, d’autant plus si, comme moi, tu utilises de la farine sans gluten (double pénalité). Pour autant le résultat en vaut vraiment la chandelle et pour le coup, on ne devine ni à la texture, ni au goût, qu’il s’agit là de sablés santé !

Prêt pour un flot de vegandise sans sucre raffiné ? Mets le son à fond, sors tous les ingrédients, et prépare toi à accueillir Mick Jager dans ta cuisine !

Lire la suite