Saint Michel, moules et chouchen / Échappée bretonne

BRITANY-31

Port d’Erquy – Côtes d’Armor

Echappée normando-bretonne, même. Cap à l’Ouest pour les intimes.

Car tandis que certains voyaient leur peau littéralement fondre sous la chaleur caniculaire du mois d’août, d’autres s’en ont allés là bas, sur la péninsule bretonne et  la côte normande, où la douce brise caresse délicatement les joues et le soleil dore l’épiderme sans la carboniser. Douce Bretagne. Paisible Normandie. Merci de nous avoir aussi tendrement accueillis. Car oui, il est possible de baigner plus que ses orteils dans la mer Celtique sans virer bleu (parole de frileuse). De passer une semaine en Bretagne sans apercevoir la moindre goutte de pluie (merci bonne étoile, merci météo, merci cul-bordé-de-nouilles). D’avoir besoin de crème solaire pour éviter de rougir en se promenant le long des eaux turquoises au port. De danser sur de la musique électro en bord de plage où de voir des vieilles pierres se révéler sous d’incroyables jeux de lumière. D’être totalement dépaysé et charmé en dormant dans une roulotte à deux pas du Mont Saint Michel, dans une chambre avec vue imprenable sur les hauteurs du Havre (merci H. & L. pour ce ravissant bon plan), dans une cabane perchée à 7 mètres dans un chêne. Scrolle-voir par ici pour aimer la Bretagne et la Normandie autant que nous les avons aimées.

Step #1 : LA MER

Une petite envie de jet-set à la normande, les effluves de Calvados et la curiosité de comprendre le pourquoi de l’attrait de Deauville-Trouville nous ont motivés à faire un détour sur ces plages ponctuées de parasols colorés. Charme désuet au rendez-vous. En profiter au passage pour admirer le flot de badauds, les habitués bien installés sur leurs transats et les retraités amoureux. S’installer confortablement, à 2km de là, au pied des superbes villas de la plage de Trouville et apprécier la finesse du sable en écoutant le flot de vagues. Ne pas hésiter à aller voir l’envers du décor, de l’autre côté de la baie, au Havre, pour vibrer au son des cornes de brumes des paquebots et admirer l’architecture rectiligne et bétonnée de cette cité hors du temps. En profiter pour gober quelques huîtres.

BRITANY-16

Parasols – Deauville plage

Lire la suite

Publicités

Paris Pastry Tour / Les (très) bonnes pâtisseries de la capitale

En tant que bec sucré, je veux dire VRAI bec sucré, j’ai un peu d’exigence. C’est à dire que si déjà je m’enfile une bouchée de quelque chose d’ultra calorique, il faut que ce soit vraiment bon. Succulent. Délicieux. A se lécher les doigts. Et où trouve-t-on la plus belle concentration de pâtisseries qui proposent des gâteaux bons-à-se-taper-la-tête-contre-les-murs ? A Paname, pardi !

A la moindre excursion dans la capitale, je me débrouille pour prendre le train assez tard afin d’avoir le temps de faire un détour dans l’un ou l’autre établissement pour addicts aux sucres, que je connais ou dont j’ai entendu parler. Mes chers collègues m’ont d’ailleurs plus d’une fois accompagnée dans mes pérégrinations sucrées, quitte à devoir faire un sprint final pour réussir à attraper le train car j’avais mal calculé mon coup. Une fois l’objectif atteint, une fois le précieux choisi avec hésitation, délectation et gourmandise, je reprends la route de la maison, mais différente. Transformée. Un véritable pitbull. Une louve protectrice de ses petits. Le premier mécréant qui a le malheur de bousculer la boîte de précieux gâteaux dans le métro, dans la rue, dans la gare,  a droit à un regard torve qui le pétrifie sur place. Épaules bombées, pas décidé, je protège mon butin. Plus rien ne m’arrête jusqu’au moment jubilatoire où je m’installe dans le train, déballe ma jolie boîte, et déguste ma gourmandise. Calme. Volupté. Sucre.

Voici une liste de pâtisseries parisiennes testées et approuvées, classées par arrondissement. On peut y aller les yeux fermés, se laisser émerveiller en découvrant ce que des pâtissiers peuvent faire avec quelques œufs, du sucre et de la farine (#tasdusucretasdesœufs). Il convient d’ignorer les oursins dans son porte-monnaie, et de préférer la qualité à la quantité. N’ayant pas une photo pour chacun des établissements (les gâteaux ont été dévorés avant !), je me suis efforcée d’illustrer avec des visuels qui se rapprochent le plus possible de ce que j’ai eu entre les mains et goûté. Lire la suite