Immaculée conception / Brownie-cake #presquevegan au chocolat blanc

gaellemarcelphotography_cakebrownie_4

Crédit photo : gaellemarcelphotography

Non, cet article ne va pas traiter religion. Bien qu’une vierge choisie par le Saint Esprit puisse tout à fait mettre en œuvre la recette qu’il recèle pour faire naître un gâteau bienfaiteur et rédempteur.  Seulement, si comme moi, tu n’as jamais compris ce que du chocolat sans cacao pouvait bien bricoler dans un placard de cuisine, voici une recette qui pourra te réconcilier avec le chocolat blanc. Grâce à la conception d’une ravissante pâtisserie immaculée.

Retour sur le cas du chocolat blanc : dans les années 30, un gestionnaire visionnaire de Nestlé propose d’utiliser les surplus de beurre de cacao (une huile végétale issue de la fève de cacao lorsqu’elle est pressée pour obtenir de la poudre de cacao) en les mélangeant à  du lait, du sucre, des arômes et appelle ça du chocolat Galak : sans déconner, on se fout de qui ? J’ai toujours trouvé cela trop sucré, avec l’impression de manger une plaquette de matière grasse même en dégustant des bouchées issues de chocolatiers de renom. Et quand on se penche un peu sur la composition nutritionnelle du chocolat blanc, on réalise le peu d’intérêts qu’il a comparativement à ses frangins noir ou au lait : graisses moyennes, beaucoup de sucre, ni antioxydant ni magnésium (composants qui, soit dit en passant, permettent de déculpabiliser tout croqueur assidu de chocolat).

En partant de ce constat, j’ai voulu dépasser mon manque de foi dans le chocolat blanc. Lui donner une nouvelle vie, préservée de toute souillure du péché originel, en concoctant un gâteau où il apporterait la base de graisses et sucres, compensés par d’autres ingrédients plus « healthy ».  Et voici que le brownie -presque- vegan au chocolat blanc était né. Dans ma cuisine située à 300m à vol d’oiseau de léglise de l’immaculée conception. Sous mes yeux ébahis et agnostiques. Et sous les dents gourmandes de mes joyeux cobayes, au nombre de 3 comme les rois mages, il a été adoubé.

Ce brownie-cake idéal est absolument idéal pour le petit déjeuner paresseux du dimanche, le goûter gourmand du retour du boulot ou pour accompagner un café post-lunch. C’est en lorgnant sur l’alléchante photo du brownie vegan de Maiwenn que j’ai trouvé ma recette de base customisée de manière immaculée. Ici, le chocolat blanc sera utilisé en tant qu’agent sucrant et matière grasse, ce qui veut dire qu’on n’utilisera ni beurre et très peu de sucre en plus du chocolat blanc. Et comme on aime bien préserver les petites bêtes on n’ajoutera ni œufs ni lait (il y en a déjà dans le chocolat blanc) mais on utilisera du tofu soyeux. Le résultat : un cake -presque- vegan et gourmand, où les arômes de vanille, amandes et fève tonka se mêlent généreusement à une génoise moelleuse.

Si tu as envie de lécher l’écran en regardant les photos, saches que les innocentes, lumineuses et superbes photos de ce cake star-d’un-week-end proviennent de la talentueuse Gaëlle dont  la galerie est à découvrir >> ici.

A cuisiner en écoutant l’ode de Ray La Montagne à Meg White (et tout le reste de l’album qui n’est que douceur lactée #cœuraveclesoreilles).

Lire la suite

Bondieuserie / Le lamala de Pâques

lovelyluckyfactory_lamala_9 copieEt si cette année à Pâques, plutôt que de sacrifier un joli petit agneau, tu en fabriquais un de tes blanches mains ?

Cela te permettra de perpétuer l’immuable tradition chrétienne (ou juive, selon le cas) sans effusion de sang. De racheter tes péchés (et tous ceux de tes semblables) en sacrifiant une  innocente génoise immaculée. De commémorer la résurrection du messie à coups de tranches de biscuit doux, moelleux et délicatement parfumé.  De te rappeler la docilité de l’homme devant la volonté du tout-puissant avant de réaliser un mini-holocauste d’agneau dans ton four. Bref, de fêter Pâques.

caravage.le.sacrifice.d.isaac

Le sacrifice d’Isaac – Le Caravage – 1603 – source

Pour ainsi fêter Pâques sans barbarie, il te suffira d’enfiler ton tablier et de casser quelques œufs. Oui, puisqu’à la base, cuisiner des tas de gâteaux à Pâques permettait d’écouler une partie des stocks d’œufs non consommés pendant le carême (d’où la symbolique des œufs en tous genres à Pâques, tu l’auras compris). Toutes les excuses sont bonnes pour cuisiner. Ainsi les italiens dévorent une Colomba di Pasqua et les auvergnats une bonne grosse Pogne de Romans. En Alsace, on reste très premier degré en fabriquant des  lamala (littéralement « petit agneau »). Il s’agit d’une génoise moelleuse, légère et nuagesque, cuite dans un moule en forme d’agneau. Ce qui donne toujours des sueurs froides au cuisinier au moment du démoulage, puisque le moule en céramique composé de 2 parties rend généralement la délivrance assez coton (l’agneau ne va-t-il pas perdre une oreille en sortant de sa coquille de terre cuite ??). Toujours est-il que cette petite merveille de légèreté, parfumée au citron ou au kirsch pour les alcooliques qui s’assument, est tellement affectionnée en Alsace qu’on lui a dédié un site web. Il ne te reste donc plus qu’à faire chauffer ton four pour inviter tes papilles à un voyage initiatique digne de la traversée de la mer Rouge.

lovelyluckyfactory_lamala_4

A cuisiner en se mettant dans la peau d’une immaculée et généreuse Sugar Mama avec Keren Ann :

Lire la suite

Les céréales qui donnent envie de petit déjeuner / Granola croustillant #granolamania

lovelyluckyfactory_granola_3Tu l’auras compris, on est en pleine granola-mania par ici. Dès le matin d’ailleurs. Parce que ça croustille. Parce que c’est plein de délicieuses saveurs et de bons nutriments (voir l’article complet sur les bienfaits du granola maison ici). Parce qu’on peut le customiser avec tout ce qui traîne dans le placard (joie). Je ne sais pas toi, mais personnellement j’affectionne le granola avec d’énormes chuncks, qui reste croustillant au contact du reste des ingrédients avec lesquels il cohabite dans mon bol. Alors j’ai tenté tout un tas de versions avec régulièrement la même déception : soit mes chuncks étaient tout petits, soit les pépites étaient grassouillettes et luisantes, soit le croustillant n’étais pas vraiment au rendez-vous. Et puis j’ai fait la connaissance de ce gourmand de Bernard en écoutant On va déguster.  Ma prière aura été entendue, quelqu’un avait la même quête de croustillance que moi sur cette planète. Et c’est ainsi que j’ai adopté sa recette de granola en la customisant à ma sauce.

Cependant, entendons-nous bien : le granola qui croustille joyeusement dans le lait ou le fromage blanc, c’est absolument divin, mais à réserver pour les week ends ou autres jours de brunch. Car comme l’indique très bien l’hilarante La Minute papillon dans son battle granola vs. muesli, le granola croustillant est tout de même bien plus riche, bien plus sucré, bien plus sec, bien moins nutritif qu’un bon petit muesli cru. Il n’en reste pas moins hautement addictif : j’ai eu l’occasion d’en refaire à plusieurs reprises, d’en offrir dans de jolis bocaux, et à chaque fois le granola disparaissait à vitesse grand V dans les estomacs de mes cobayes gourmands.

Avant de te lancer, saches qu’il te faudra un petit peu de patience et mettre les mains à la pâte pour réaliser ces délicieux et énooormes chuncks de granola. Oui, mettre les mains à la pâte. Ressentir cette sensation extrêmement grisante, à la fois régressive et authentique, mais surtout très intime de faire véritablement corps avec ta création qui naît du bout de tes doigts, d’entrer en fusion totale avec ce que tu vas (faire) ingurgiter plus tard. Le tout en écoutant le rock’n’roll de Chuck Berry.#kiff #régression #nostalgie

 

Lire la suite

L’heure du goûter / Cookies pommes et tonka

lovelyluckyfactory_applecookies_3Tu as envie de faire un petit cadeau gourmand et réconfortant à des amis entre deux cartons de déménagement ? D’offrir un joli paquet de douceurs confectionnées maison à quelqu’un qui t’es cher ? Alors voici le simplissime mode d’emploi pour confectionner en 20min chrono des petites bouchées délicieusement moelleuses, délicatement parfumées de tonka et décorées de jolies lamelles de pommes fondantes. C’est en fait une base de pâte de cookies déclinable à l’infini que je te propose. Aujourd’hui c’est pommes et tonka, demain ça pourra être noix de pécan et pépites de chocolat, après demain pistaches et cranberries. Bref tu l’as compris, the sky is your limit !

*pause culture*

La fève tonka, kesaquo ? C’est tout simplement la graine des fruits qui poussent sur le  teck brésilien que l’on connaît plus pour son bois. En cuisine, elle s’utilise râpée comme une noix de muscade : se révèlent alors de chaudes et puissantes saveurs de vanille et d’amande. Les arômes de tonka sont d’ailleurs beaucoup utilisés dans la cosmétique et la parfumerie. En cuisine, elle parfume à merveilles les gâteaux les plus basiques. Et à mon humble avis, créé une ravissante alchimie quand elle est associée à la pomme. C’est une épice un peu cher aussi hésiteras-tu à en acquérir. Je peux simplement te dire qu’étant donné les doses homéopathiques avec lesquelles tu l’utiliseras au vu la puissance de ses arômes, ton achat deviendra vite un investissement pour parfumer tes gâteaux pour les 2 prochaines années ! Pour plus d’infos, rendez-vous sur l’article complet de Foodavenue.

A cuisiner en écoutant le folk-blues artisanal des White Stripes :

Lire la suite

Homemade granola bar / La barre céréalière des sportifs exigeants

lovelyluckyfactory_granolabar_2Oh toi chevaucheur acharné de poudreuse, coureur décimeur de kilomètres, porteur de fonte en salle de muscu, cet article est pour toi ! On y prépare des barres céréalières raw (aka crues), vegan, bourrées de carburant musculaire et autres bons nutriments pour dépasser toutes tes performances sportives ! Le terme granola désigne tout simplement le mélange d’avoine, d’amandes et de miel que l’on retrouve dans le muesli. Un terme américain bien plus swag que « barre céréalière » !

La première question est : pourquoi s’enquiquiner à fabriquer des barres de céréales alors qu’on peut les acheter toutes prêtes chez Auchian ou Le Clair ? Parce que les biscuits du commerce sont souvent composées d’ingrédients peu recommandables, qui ont tendance à détraquer notre petit corps sur le long terme. Petite liste non exhaustive  :

  • du sirop de glucose-fructose, fabriqué à partir de maïs ou de pomme de terre, pour son fort pouvoir sucrant, le moelleux qu’il apporte aux gâteaux et ses propriétés conservatrices. En soit, à part le fait que ce soit un produit artificiel discount, ce sirop n’est a priori pas néfaste en soi : le fructose est un sucre naturellement présent dans les fruits, le glucose est la molécule que notre corps obtient en digérant la plupart des sucres. Ils sont donc intéressant pour le coup de fouet immédiat qu’il vont apporter avant ta séance de transpiration. Par contre, c’est la consommation trop régulière de fructose qui aurait des impacts néfastes sur le métabolisme, en augmentant le taux de graisse dans le sang, avec pour conséquence l’augmentation de nos petits bourrelets et l’entartrage de nos artères. Autre point notable : la présence récurrente de ces sucres dans notre assiette habitue notre palais à consommer (très) (trop) sucré, ce qui conduit à une accoutumance au sucre. En gros, quelques heures après avoir mangé très sucré, ton corps va spontanément demander à nouveau du sucre. Spirale infernale. Un vrai problème de santé publique aux USA.
  • de la lécithine de soja, un sous-produit du soja, riches en lipides (gras) potentiellement allergène et issu de soja OGM, dont le pouvoir émulsifiant et stabilisant empêche à l’eau et l’huile de se séparer dans ta barre.
  • de l’huile de palme pour le fondant de ton gâteau. C’est l’huile la moins éco-friendly qui existe du fait que sa production détruise les forêts indonésiennes par kilomètres. Solide à température ambiante et très stable, elle assure le fondant de ton encas tout en étant très peu coûteuse.  Bourrée d’acides gras saturés, elle est montrée du doigt depuis plusieurs années car suspectée de contribuer aux problèmes vasculaires (entartrage de tes artères).

Je ne suis pas en train de te dire que l’industrie agro-alimentaire te veut du mal (quoique…)! L’utilisation de tous ces ingrédients permet d’obtenir des gâteaux qui se conservent très longtemps et donc très pratiques. Je tiens seulement à t’éclairer sur le fait qu’il pourrait être bénéfique pour ton petit corps d’alterner barres céréalières du commerce avec barres céréalières maison. Histoire de  ne pas laisser systématiquement laisser une barre de 125g ruiner tous tes efforts de décrassage sportif. Et parce que les barres céréalières maison, c’est super bon !

Petit aparté chrono : quand manger quand on fait du sport ? Idéalement, on ne mange pas avant de faire du sport. Cependant, si le timing l’impose, on concède une petite collation au plus tard 1h avant de se dépenser pour ne pas secouer la machine qui est déjà en plein travail de digestion. Après l’effort physique, l’idéal est de patienter une petite 1/2h avant d’ingurgiter des aliments de bonne qualité nutritionnelle.

Les granola bar que je te propose de préparer aujourd’hui ont plusieurs avantages nutritionnels, à commencer par le fait qu’elles sont crues : l’absence de cuisson va préserver toutes les vitamines des ingrédients qu’on aura utilisés. Et pour faire carburer ou régénérer tes muscles, on ira chercher le sucre dans du miel et des dattes, qui ont l’avantage d’apporter en plus : des vitamines, minéraux, fibres et anti-oxydants (pour préserver la jeunesse de tes cellules !). A noter que le miel, véritable booster d’immunité, est lui aussi riche en glucose et fructose, c’est pour cela qu’on n’en abusera pas dans la recette. C’est d’ailleurs le mélange miel-dattes mixés qui va faire tenir nos barres ensemble. C’est dans cette base que tu ajouteras tout ce que tu as de bon dans tes placards :

  • des céréales pour les glucides lents qui vont te permettre de tenir sur le long terme sans coup de barre ou de reconstituer tes stocks après l’effort : de l’avoine aussi riche en bons acides gras et  fibres, du quinoa soufflé pour ses protéines de haute qualité et ses nombreux nutriments
  • des graines pour le croquant, la couleur et leurs qualités nutritives : graines de courge, de lin, de sésame, de chia…
  • des fruits séchés pour leur sucre immédiatement disponible et encore leurs nutriments : cranberries, raisins, goji, mûres…
  • des fruits à coque pour leur croquant et leurs bonnes graisses (encore elles !): noix, amandes, noisettes…

A cuisiner en se motivant pour sa prochaine séance de transpiration, en écoutant Jet :

Lire la suite