Crash test culinaire / Le pain pita farci au fromage de noix de cajou

lovelyluckyfactory_fromagevégétal_4

Oui, tu as bien lu, nous allons faire du fromage aux noix de cajou.

On ne va pas aller traire un troupeau de noix de cajou, non, rassure-toi, mais juste essayer de réduire un peu notre consommation de produits laitiers avec un substitut qui a du goût (et de la gueule. Et de la texture. Bref qui fait le job). Au delà de l’épineuse question de l’impact du lait sur la santé, ce qui me tracasse surtout est de savoir si la vache, la biquette ou la bufflonne ont bien été traitées avant, pendant et après avoir  fourni leur précieux lait. Loin de moi l’idée de chasser les fabuleux Saint Nectaire, Morbier, Munster, Chabichou, Comté, Brie truffé,  Crottin, Tome, Langres, Epoisses, Fourme d’Ambert…. de nos frigos (liste non exhaustive), l’idée est plutôt de trouver des alternatives gourmandes pour en consommer un peu moins régulièrement. Et de procéder à quelques expériences culinaires en passant.

Depuis quelques temps, on voit fleurir çà et là des recettes de fromages végétaux. Cela ne m’avait pas vraiment chatouillé les papilles jusqu’à tomber sur cet article d’Antigone, LA référence vegan-ecolo sur la blogosphère. Je conseille vraiment cette lecture car Antigone documente très bien son article (qui a certes un parti pris très vegan), le ponctue de touches d’humour et surtout y propose plusieurs recettes de fromages végétaux.

Très honnêtement, après plusieurs essais plus ou moins foireux de fromages vegan à tartiner ou fermentés, j’ai décidé d’investir dans une valeur sûre : le fameux livre Fromages Vegan de Marie Laforêt, applaudi par ses lecteurs pour la simplicité des 25 recettes qu’il contient. J’ai ainsi pu obtenir un très bon fromags frais à tartiner qui peut (si, si, je te le jure) remplacer aisément le St Morêt, Philadelphia ou autre fromage frais sans avoir l’impression d’être berné. Pour ce qui est des fromages « fermentés », on repassera. Je n’ai pas encore trouvé d’alternative vegan qui me donne envie de tourner le dos à un bon gros morceau de morbier.

lovelyluckyfactory_fromagevégétal_1

Du coup, je te montre aujourd’hui comment réaliser de merveilleux pains pitas végétariens, équilibrés, farcis d’ingrédients 100% vegan, pour agrémenter joyeusement tes pique-niques, lunchs et randonnées dans la forêt (ça te changera du jambon-beurre). A cuisiner en écoutant Arch Woodmann.

Lire la suite

Passion Polenta / La quiche champi-polenta-noix

lovelyluckyfactory_quiche polenta_2Pour changer un peu de la pâte à tarte au blé, que dirais-tu de tenter la pâte à tarte en polenta ? Cette petite farine de maïs italienne permet de constituer un fabuleux fond de tarte moelleux, la jolie couleur jaune et la composition #glutenfree en plus. Le combo polenta-champignons est infiniment doux au palais, l’estragon et l’ail viennent réveiller les papilles, et les noix croquent sous la dent pour un plat rapide, végétarien et gourmand.

Les italiens utilisent d’ailleurs beaucoup la polenta comme accompagnement : en purée ou en bâtonnets croustillants pour accompagner des plats salés. En supports petites bouchées apéritives comme des toasts. Comme une farine dans des gâteaux. Ils la cuisent parfois dans du lait pour une bouillie incroyablement crémeuse. Bref, avec la polenta, the sky is the limit.

Lire la suite

La quiche haut de forme / Quiche petits pois et feta – Quiche carotte et panais

lovelyluckyfactory_quichehautdeforme_2_3Aujourd’hui, je te propose un petit voyage au pays de la quiche, l’emblème gastronomique lorrain.

Tout a démarré après la dégustation des fameuses quiches de Diet & Delicious, un petit restaurant place St Jacques à Metz. Ce n’est pas le restaurant que je recommanderais le plus pour tout un tas de raisons que je ne détaillerai pas ici, mais leurs quiches déchirent vraiment. Même si la vue d’une quiche ne te rend pas d’ordinaire hystérique, les leurs pourraient vraiment faire changer ton fusil d’épaule.
Le cuisinier ayant refusé de partager avec moi son secret de fabrication (il tient à son fond de commerce, il est futé), il ne m’en fallait pas plus pour me mettre en quête de la recette de quiche ultime. La quiche fière. La quiche au beau port. La quiche digne, épaisse, fondante. Qui mesure au moins 5cm d’épaisseur au garrot.
Alors non , cette recette sera tout sauf vegan. Tout sauf diet (pour rester dans les anglicismes). Tout sauf PLV-free (PLV = Protéines de Lait de Vache, le nouveau poison identifié des naturopathes et non Publicité sur le Lieu de Vente pour les marketeux qui me liraient). Mais je te promets qu’elle sera savoureuse. Fondante. Goûteuse. Moelleuse. Et qu’elle compensera, le temps d’une assiette avalée, toutes les culpabilités que tu pourrais ressentir en ingurgitant des aliments traditionnels (#comfortfood). Oui, ne faisons pas l’autruche, car pour obtenir un beau flan qui se tient bien, une belle quiche orgueilleuse et généreuse, il vaut mieux s’en remettre à la bonne vieille crème fraîche entière (de petite vache qui a allaité son veau) et aux bons vieux œufs (de poule fermière élevée en plein air).

Pause culture

Un livre de comptes nancéien serait un des premiers de la littérature française à faire figurer le mot  « quiche » dès 1605 d’après le guichet du savoir  : ceci rendrait à César ce qui lui appartient. La quiche serait bien Lorraine ! Et moi qui pensait que les lorrains n’avaient rien inventé…

lovelyluckyfactory_quichehautdeforme_1_3

 

It’s all over now… à cuisiner avec une pensée émue pour l’hiver qui rentre dans ses limbes, en écoutant la merveilleuse reprise de Bob Dylan par Them.

Lire la suite

Perfect winter couple / Velouté de panais & courge butternut rôtie au curry

veloute-panais_lovelyluckyfactory-wordpress-com_3Le panais, c’est un de ces nouveaux-anciens légumes dits « oubliés » qui font leur grand come back après des décennies d’oubli, remis au goût du jour par les AMAP, Ruches qui disent oui et autres circuits courts. Parce que les industriels  de l’agroalimentaire lui ont longtemps préféré les saveurs plus commerciales d’autres légumes. Parce que c’était un légume fourrager, ou pire, de  päcksa (pour les non-alsaciens, je vous recommande ce très pratique dictionnaire alsacien). Pour ma part, je dirais que ce bon petit panais est une espèce de grosse carotte albinos, un peu filandreuse, qui permet de varier joyeusement les assiettes en hiver ou de préparer un céleri rémoulade sans céleri (que les allergiques lèvent la main). Oui, car le panais a aussi l’avantage de pouvoir être dévoré cru. Merveilleux, non ?

http-_karcajou-com

Crédit photo : karcajou.com

Aujourd’hui je te propose de le cuisiner dans un velouté tout doux, très réconfortant, accompagné d’une autre copine d’hiver : la courge butternut. Le panais mouliné et la butternut rôtie au cumin et sumac forment un très joli couple, pour une assiette très saine avec un beau contraste de couleurs, de textures et de saveurs. Je t’avais expliqué la technique pour rôtir tes légumes au four ici. Depuis, je continue à cuire un peu tout ce qui me passe sous la main de cette manière, tant je trouve la technique simple, savoureuse, rapide et saine.

Prêt à marier une racine moulinée et une courge rôtie ? C’est par ici. A cuisiner en écoutant Perfect couples de Belle & Sebastian :

Lire la suite

Fashion food / Patidous farcis au risotto de millet, chèvre, marrons et cèpes [gluten free – végétarien]

img_1698Dans la série céréales branchées, j’appelle le millet (à ne pas confondre avec les tenues de haute montagne !) Sans gluten, riche en protéines variées et en fibres, c’est un excellent substitut au riz ou à la semoule. En Europe, on l’a supprimé de notre alimentation depuis bien longtemps pour le remplacer par le blé, et on s’en sert surtout aujourd’hui pour nourrir les oiseaux. Mais en Afrique et en Asie, on le consomme allègrement ! Pourquoi ? Parce qu’il se cultive aisément dans les zones arides et demande peu d’eau pour pousser. Tu me vois venir : le millet, c’est écolo (enfin, si tu achètes du millet cultivé en France, et pas du millet indien ou africain qui a pris l’avion pour finir dans l’étal de ton magasin) !

Mais la grande question reste tout de même, est-ce qu’en dévorant du millet, tu te feras du bien au palais en plus de soigner ton petit corps et à la planète ? La réponse est OUI petit moineau mangeur de graines et de millet ! Une jolie couleur dorée, une saveur douce légèrement noisetée. J’ai lu ça et là que le millet pouvait avoir un goût amer. Pour ma part j’ai suivi les recommandations du paquet, l’ai abondamment rincé avant cuisson et n’ai rien senti de tout cela. Je l’ai trouvé en magasin  bio pour un prix tout à fait abordable (2,23 € les 500g)

img_1693

Aujourd’hui je te propose de le cuisiner avec le non moins branché patidou (#légumesoubliés), une ravissante petite courge rayée au bon goût de patate douce-chataîgne-noisette que tu trouveras chez ton maraîcher préféré les jours de marché.

A cuisiner en écoutant Fashion Nugget de Cake

Lire la suite