Les desserts aux fruits d’été / Cake polenta-citron-figues

FIG POLENTA PIE_-9La quête du parfait polenta cake a démarré il y a un an maintenant quand, au hasard d’une promenade écossaise, on s’arrêtait, affamées, pour dévorer ça. Un merveilleux et fondant cake citronné à la polenta, à la fois charnu et moelleux, fondant et robuste, que j’ai retenté de faire à plusieurs reprises sans retrouver le fondant, la texture légèrement granuleuse, la p’tite subtilité citronnée qui fait toute la différence. Jusqu’à découvrir le très joli blog de Karen : Family style food. Tout est dit. De la popote de famille qui a de la gueule (#imlovinit). Et qui recèlait la recette du tant convoité polenta cake bien équilibré. Cherry on the cake : sans produit laitier. Car si tu viens faire un tour par ici de temps en temps, tu connais ma quête de la cuisine qui sauve les pis de vaches et les culs de poule mal élevés dans des hangars où la lumière du soleil est remplacée par celle des néons et les graines par les farines des ancêtres poules. Aujourd’hui, on coupera la poire en deux : on sauvera les pis de vaches en sollicitant les culs de poule (t’inquiète j’ai cuisiné depuis des gâteaux qui ont absous tous mes péchés).

Rajoute à cette trouvaille inespérée un collègue on-ne-peut-plus bienveillant qui te ramène un panier plein de figues. Ca y est, tu as ton dessert de l’été, un an presque jour pour jour plus tard après l’orgasme gustatif d’un cake à la polenta outre-Manche.  C. de N. je suis désolée, il a été dévoré avant que tu n’aies pu croquer dedans et comparer avec l’écossais. Promis je t’en referai.

Cette recette peut bien sûr être réalisée avec les figues du jardin de tes collègues, mais également avec tous les autres fruits d’été que tu trouveras dans les jardins/étals de marché en cette merveilleuse saison des fruits juteux qu’est l’été.

FIG POLENTA PIE_-6

Lire la suite

Publicités

Le meilleur pâtisser boukrave / Layer cake au citron, ricotta et limoncello

gâteau boukraveUn cake moelleux au citron rafraîchi par une crème fouettée à la ricotta et un glaçage immaculé. Et pour la petite touche alcoolique, le limoncello sera notre meilleur allié. Voici Schlouk. C’est le concurrent que j’ai proposé pour le caniculaire concours du meilleur pâtissier boukrave qui se déroulait ce week end à Metz, à l’occasion du festival de théâtre de rue Hophophop (festival qui permet aux heureux messins qui n’ont pas la chance de pouvoir se rendre aux Eurockéennes, au Mainsquare, au Fringe ou à Avignon, de profiter de rues joyeusement animées et de pièces de théâtre surprenantes à chaque coin de rue).

Le défi : réaliser un cake à l’alcool. Et comme confectionner un layer cake avec une crème qui ne comporte par l’équivalence calorique d’une semaine d’alimentation me chatouillait depuis un moment, j’ai trouvé le parfait prétexte pour participer !

Merci au site de Tre Stelle, une marque de fromages distribuée en Amérique du Nord (le Galbani canadien en quelque sorte) pour m’avoir ouvert la voie de la crème sans beurre. Merci à Pierre Hermé et tous ses disciples pour m’avoir donné accès à cette fameuse recette de cake au citron. Merci à Hophophop pour l’organisation de cet improbable concours. A Alex&Cha pour leur inspiration alcoolique. Et merci à Alexandre Neuveu et son Académie des chefs  pour avoir désigné Schlouk vainqueur en lui offrant un cours de cuisine !

Concernant le gâteau en lui-même, et bien il est haut (et se tient bien), citronné, léger, équilibré, bon (oui, sinon il ne serait pas là voyons, mon objectif n’est pas de gâter tes goûters d’anniversaire !), avec une présence subtile du limoncello. L’alchimie des 3 couches glaçage croquant / cake moelleux / crème fondante fonctionne parfaitement bien d’autant plus si le gâteau est conservé au frais (il y a quand même de la crème fouettée, éviter de le laisser macérer 2h au soleil comme ces illuminés de boukraves) A noter que le Schlouk est tout de même plus adapté à un goûter d’anniversaire qu’à un dessert de fin de repas. Et vu la quantité d’alcool pour imbiber le biscuit, plus à goûter d’adultes que d’enfants (mais j’ai des idées de substituts alors pas de panique).

A cuisiner en écoutant toute la B.O. de Snatch

Lire la suite

Hey cherry, tu veux du clafoutis ? / Clafoutis aux cerises #vegan

Lovelyluckyfactory_clafoutisvegan_4Je t’avais déjà parlé du pouvoir bienfaisant du clafoutis ici. Il se trouve qu’entre temps j’ai testé une nouvelle recette, vegan de surcroît, grâce à ces gourmands de France végétalienne. Un clafoutis savoureux, qui se tient fièrement, moelleux, fondant, avec uniquement 7 ingrédients.  Imbattable non ? Vite, saisis-toi de ton échelle, grimpe au cerisier, macule-toi le tee-shirt de jus de fruits en cueillant les cerises et rue-toi en cuisine pour préparer cette petite merveille printanière.

Lovelyluckyfactory_clafoutisvegan_2

Alors il y a ceux qui veulent dévorer tranquillement leur clafoutis sans être importuné par de vilains noyaux, et les puristes qui insistent sur le fait que le fruit doit cuire avec son noyau pour garder tout son jus et ses arômes. Personnellement, je suis partisane du moindre effort et laisse mes fruits non dénoyautés. Cela permet d’organiser des concours de crachats de noyaux dans le jardin au moment du dessert.

Si tu veux en savoir un peu plus sur l’étymologie du mot clafoutis qui puise ses origines dans le vieux français clafoutoir / clafoutir / clafouter, tu peux faire un petit tour par ici.

A cuisiner en écoutant Spit it out par The Macchabees.

Lire la suite

Immaculée conception / Brownie-cake #presquevegan au chocolat blanc

gaellemarcelphotography_cakebrownie_4

Crédit photo : gaellemarcelphotography

Non, cet article ne va pas traiter religion. Bien qu’une vierge choisie par le Saint Esprit puisse tout à fait mettre en œuvre la recette qu’il recèle pour faire naître un gâteau bienfaiteur et rédempteur.  Seulement, si comme moi, tu n’as jamais compris ce que du chocolat sans cacao pouvait bien bricoler dans un placard de cuisine, voici une recette qui pourra te réconcilier avec le chocolat blanc. Grâce à la conception d’une ravissante pâtisserie immaculée.

Retour sur le cas du chocolat blanc : dans les années 30, un gestionnaire visionnaire de Nestlé propose d’utiliser les surplus de beurre de cacao (une huile végétale issue de la fève de cacao lorsqu’elle est pressée pour obtenir de la poudre de cacao) en les mélangeant à  du lait, du sucre, des arômes et appelle ça du chocolat Galak : sans déconner, on se fout de qui ? J’ai toujours trouvé cela trop sucré, avec l’impression de manger une plaquette de matière grasse même en dégustant des bouchées issues de chocolatiers de renom. Et quand on se penche un peu sur la composition nutritionnelle du chocolat blanc, on réalise le peu d’intérêts qu’il a comparativement à ses frangins noir ou au lait : graisses moyennes, beaucoup de sucre, ni antioxydant ni magnésium (composants qui, soit dit en passant, permettent de déculpabiliser tout croqueur assidu de chocolat).

En partant de ce constat, j’ai voulu dépasser mon manque de foi dans le chocolat blanc. Lui donner une nouvelle vie, préservée de toute souillure du péché originel, en concoctant un gâteau où il apporterait la base de graisses et sucres, compensés par d’autres ingrédients plus « healthy ».  Et voici que le brownie -presque- vegan au chocolat blanc était né. Dans ma cuisine située à 300m à vol d’oiseau de léglise de l’immaculée conception. Sous mes yeux ébahis et agnostiques. Et sous les dents gourmandes de mes joyeux cobayes, au nombre de 3 comme les rois mages, il a été adoubé.

Ce brownie-cake idéal est absolument idéal pour le petit déjeuner paresseux du dimanche, le goûter gourmand du retour du boulot ou pour accompagner un café post-lunch. C’est en lorgnant sur l’alléchante photo du brownie vegan de Maiwenn que j’ai trouvé ma recette de base customisée de manière immaculée. Ici, le chocolat blanc sera utilisé en tant qu’agent sucrant et matière grasse, ce qui veut dire qu’on n’utilisera ni beurre et très peu de sucre en plus du chocolat blanc. Et comme on aime bien préserver les petites bêtes on n’ajoutera ni œufs ni lait (il y en a déjà dans le chocolat blanc) mais on utilisera du tofu soyeux. Le résultat : un cake -presque- vegan et gourmand, où les arômes de vanille, amandes et fève tonka se mêlent généreusement à une génoise moelleuse.

Si tu as envie de lécher l’écran en regardant les photos, saches que les innocentes, lumineuses et superbes photos de ce cake star-d’un-week-end proviennent de la talentueuse Gaëlle dont  la galerie est à découvrir >> ici.

A cuisiner en écoutant l’ode de Ray La Montagne à Meg White (et tout le reste de l’album qui n’est que douceur lactée #cœuraveclesoreilles).

Lire la suite

La cuisine de mi-saison / Le décadent brownie choco-café-marron

lovelyluckyfactory_brownie choco marron_2

La cuisine de mi-saison, c’est un peu comme les tenues de mi-saison : on a envie de porter des petites choses légères, de courir pieds nus sur la pelouse, de renaître à coups de plats pleins de verdure et de vitamines pour être léger comme un bourdon qui butine…. Mais la réalité, c’est qu’il caille encore, qu’il faut encore garder ses pulls et bottines encore quelques semaines et continuer à manger des aliments roboratifs pour encore lutter contre le semi-froid.

Pour cela, je te propose ce merveilleux et décadent brownie à triple saveur. Rien que ça. Il sera parfait pour accompagner ton café / ou thé en terrasse en plein mois d’avril, car la concentration de douces calories superposées en plusieurs couches craquantes, fondantes puis moelleuses, te réchauffera la bouche, le ventre et le cœur.

D’après une recette de Pâtisserie ! de Christophe Felder, le chef pâtissier alsacien qui a révolutionné la pâtisserie parisienne et française en travaillant chez Fauchon et au Crillon… D’ailleurs, si tu passes près de Strasbourg,  pense à t’arrêter Mutzig, à côté de Molsheim, à la Pâtisserie Confiserie Oppé qu’il a reprise il y a quelques années.

A cuisiner en écoutant les Zombies et leur chanson qui fleure bon le printemps

lovelyluckyfactory_brownie choco marron_4

Lire la suite