Fantômes, vieilles pierres et pintes de bières / 5 jours à Edinburgh

p1110477-copie

Passer ton été à  te faire cuire sur une plage surpeuplée ça n’est pas ton truc ?  Tu aimes la bière, le tartan et les roux ? Alors viens passer tes vacances d’été en Écosse ! Ici, pas besoin d’écran total ou de tongs, le parapluie  et les baskets suffisent. La concentration de monuments historique au mètre carré te donnera des torticolis, les locaux ultra-accueillant et festifs te feront goûter d’improbables bières et spécialités, l’activité culturelle estivale te fera complètement oublier les épisodes pluvieux.  Petit tour d’horizon des activités sympa à faire dans la capitale écossaise au mois d’août.

BALADE DANS OLD TOWN

Dominant la ville, perché sur son piton rocheux, l’impressionnante citadelle du Castle Rock rappelle l’histoire guerrière et militaire de la ville, les rivalités Ecosse-Angleterre, et donne un ton très médiéval à la ville.  Entre nous, la visite du château coûte un bras et ne vaut pas vraiment le détour, à moins que tu adores les bains de foules touristiques, sois un fan inconditionnel des joyaux de la couronne, tiennes à te rendre au mémorial de la seconde guerre mondiale ou envisages de croiser le fantôme de Marie Stuart. Au moment où nous l’avons visité, le musée du château présentait une exposition intéressante sur le lien entre l’Écosse et l’armée ce qui nous a permis d’amortir un peu le prix du billet.

img_9871-copieLa ville s’articule autour du château, avec d’un côté Old town, la vieille ville médiévale, et de l’autre New town, la ville moderne construite au XVIIIè siècle. Old town est très vallonnée, les façades typiques sont préservées, les rues sont reliées par des passages voûtés (les « closes ») et escaliers où il est réjouissant de s’aventurer, les façades polychromes des échoppes tranchent avec les briques des bâtisses anciennes. Un quartier extrêmement charmant qui regorge de pubs, boutiques vintage et échoppes en tous genres. Cet article détaille bien tous les recoins et points d’intérêts principaux d’Old town.

p1110340-copie

conan

img_9866-copiedirty-dicks_3

Le cimetière de Greyfriards Bobby est un lieu improbable en plein centre d’Old town. Les stèles funéraires sont littéralement adossées aux façades des maisons dont elles occultent en partie les fenêtres. Un mode de construction un poil macabre mais qui a son charme. Mais surtout, Greyfriards Bobby cemetery serait le cimetière le plus hanté d’Edinburgh. Cette réputation sulfureuse serait due au fait que de nombreuses tombes furent profanées vers 1800 quand, pour les besoins de la recherche médicale, le commerce clandestin de dépouilles a poussé des bandits peu scrupuleux à  déterrer des cadavres pour revendre du matériel à disséquer. Nous n’avons pas eu le privilège d’assister à des feux follets ou de voir apparaître des cavaliers sans tête au milieu d’une nappe de brume (pour en savoir plus sur les manifestations surnaturelles du lieu rendez-vous ici ou ici), mais avons apprécié les monumentaux mausolées du XVIIè. Des visites nocturnes sont organisées pour les amateurs de Poltergeist.

p1110516p1110524

A l’opposé, avec ses rues bien ordonnées, ses bâtisses proprettes et ses hôtels particuliers de style géorgien, New Town est beaucoup plus cossue qu’Old town. Construit à partir de la fin du XVIIIè, ce quartier a permis de désengorger Old town pour accueillir les bourgeois qui occupaient les étages des immeubles, tandis que les classes populaires occupaient les appartements en sous-sol ou sous les combles. La mixité sociale version écossaise était née ! New town arbore autant de bâtisses et monuments du fait qu’aux XVIII et XIXè siècles la ville était un centre culturel et scientifique majeur au Royaume Uni : à cette époque écrivains, poètes, scientifiques, médecins, botanistes se sont massés dans la capitale écossaise.

scotsma
scotts-monument

La nature est omniprésente à Edinburgh : parcs publics, végétation urbaine, on est en ville mais il y plane comme un air de campagne.

meadows
ROYAL BOTANIC GARDEN

A 2km au nord-ouest du centre ville, le Royal Botanic Garden Edinburgh (RBGE) te donnera l’illusion d’être sous les tropiques si jamais le froid ou la pluie écossais te rendaient moroses. Fondé en 1670 en vue de faire pousser des plantes médicinales, ce jardin est le 2ème plus vieux du Royaume-Uni après celui d’Oxford. Il a déménagé plusieurs fois du fait de manque d’espace, puis de l’installation d’une ligne de chemin de fer, et enfin pour échapper à la pollution urbaine, pour finalement s’installer à Inverleith road en 1820. Une superbe serre victorienne et le palmarium le plus haut du Royaume-Uni abritent une vaste collection de plantes du monde entier. Il fait bon se promener dans cet immense parc (l’entrée dans le jardin est gratuite, seule l’accès aux serres est payant) où les locaux et touristes cohabitent. Des animations et jeux de pistes sont pensés pour les enfants tout au long de la visite. En sortant du jardin botanique, n’oublie pas de faire un petit tour à Inverleith park pour te mêler aux écossais qui pique niquent dès que le soleil pointe le bout de son nez.

p1110447-copiep1110470-copiep1110458-copiep1110452-copie

LE FRINGE !

En marge de la programmation officielle de l’Edinburgh festival, le Fringe fait son trou depuis 1947. Au commencement, quelques troupes de théâtre irréductibles se seraient rebellées contre le festival officiel qui ne les auraient pas programmées. Qu’à cela ne tienne, elles ont improvisé des scènes et ont tout de même joué. C’est ainsi que le Fringe, le festival off d’Edinburgh, serait né.

Concerts en plein air, dresseurs de chouettes, théâtre de rue, stand-up comedy, danse, spectacles burlesques, comédies musicales, théâtre contemporain, cirque, théâtre pour enfant… pendant le mois d’août, toute la nourriture spirituelle du monde se donne rendez-vous entre les murs de la cité écossaise qui accueille l’un des plus grands festivals d’art au monde. Les distributeurs de tracts prennent les rues d’assaut, les façades des immeubles et cages d’escaliers sont recouvertes d’affiches de spectacles. Les écoles, bars, appartements et salles polyvalentes sont réquisitionnés pour les représentations. Avec plus d’un million de visiteurs, une incroyable frénésie s’empare du centre ville. En bref, tu peux te faire une véritable orgie de culture.

Et si le spectacle en salle ou en plein air ça n’est pas ton truc, ne prends pas peur : en parallèle du Fringe et de l’Edinburgh festival, l’esplanade du château accueille le Military Tattoo avec ses fanfares et cérémonies militaires, Charlotte square abrite l’Edinburgh International Book Festival avec des auteurs de renom, tandis que l’Edinburgh Art Festival dissémine à travers toute la ville des œuvres d’art et expositions à découvrir. Août est un mois riche à Edinburgh !

p1110311img_0081

img_9864img_9887p1110306

img_0064

THE BEACH

On est en Écosse alors même au mois d’août, ne vas pas t’imaginer avec juste un bikini en tartan sur la plage écossaise. A moins d’avoir du sang viking ou d’être un highlander. La plage de Portobello et son joli petit quartier résidentiel se situent à 25min en bus à l’est du centre historique, parfait pour les assoiffés de littoral ! Certains allumés (qui ont dû perdre un pari, qui veulent dessaouler, qui se sont perdus…)  s’essaient quand même à une trempette éclair dans la mer du Nord. Petits joueurs, nous nous sommes contentés de profiter de l’air marin, du cri des mouettes et du sable pour petit déjeuner ou pique niquer, observer les techniques locales de remorquage de jetski et faire la rencontre fougueuse des nombreux chiens qui se font promener sur la plage.

p1110577-copiep1110575p1110579

DEAN VILLAGE

Un petit oasis de verdure et d’authenticité à deux pas du centre d’Edinburgh. Dean Village était à l’origine un petit village indépendant, avec son petit  business de moulins à blé et de fournil à pain. C’est aujourd’hui un quartier d’Edinburgh où une balade charmante et bucolique est à faire le long de la rivière Leith.

dean_6dean_5dean_4dean_2dean_1

 

FOOD & DRINK

Que ce soit pour bruncher, grignoter, déjeuner, prendre le goûter, siroter une bière, Edinburgh regorge d’adresses cosy, typiques, gourmandes et chaleureuses. Bonne nouvelle, les établissements sont très souvent vegan-friendly.

Quelques adresses pour bruncher :

  • Red kite cafe (7-8 Cadzow Place – à l’est du centre ville, juste au nord d’Holyrood Park) : un ravissant café où l’on te servira des scones moelleux, du cake polenta-citron fondant, un latte machiatto à se taper la tête contre les murs, dans un ambiance bucolique et apaisante. Parfait pour un petit déjeuner ou un brunch.
  • Grounds of Stockbridge (22 Deanhaugh St – à proximité de Dean Village, sur la route du jardin botanique) : des brownies gluten free, des raw energy balls, des salades et sandwiches sains,  des patrons ultra-accueillants, une déco scandinave épurée… que demander de plus ? Il est possible de repartir avec son petit sachet de granola ou de café bio. L’établissement étant très petit, les places sont chères : il est possible d’emporter son repas/café avec soi.
  • Loudons café and bakery (94B Fountainbridge – au sud-ouest du centre ville) : une véritable institution à Edinburgh, un lieu très chic et en même temps un peu aseptisé. Les magazines de déco vintage et bouquins de cuisine sont à disposition des clients qui attendent leur commande. Les assiettes sont gourmandes, les produits succulents, le café délicieux, même si l’addition est un peu élevée, le Loudons vaut vraiment le détour pour goûter un vrai un brunch écossais.
  • Mimi’s bakehouse (3 boutiques à Edinburgh >> voir ici) : le temps des estomacs affamés et des addicts au sucre. Cupcake banane-chocolat, brownie aux bounty, Mimi ne propose rien de diététique, les portions sont généreuses, parfaits après un musée ou une longue marche dans la ville.

Quelques adresses pour boire une bière / grignoter du haggis, de la meat pie, ou tout autre aliment typiquement écossais :

  • Smocke stack, steackhouse and bar (New town –
  • The bow bar (Old town – 80 W Bow) : au delà du jeu de mot qui m’aura tenu pendant au moins 1h, le bow bar est un vrai pub. Qui fleure bon la bière. Où les mecs regardent du sport à la TV. Où le serveur éclabousse ta bière sur ton tee-shirt en posant ta pinte sur le comptoir. Où les gens ont un tel accent à couper au couteau que tu finis par dire « yes-yes » de la tête avec un sourire niais au milieu du brouhaha général quand quelqu’un s’adresse à toi. Le vrai bar d’écossais à gros bras où il faut se lever de bonne heure pour avoir une place assise.
  • The Peartree house (38 W Nicolson St – à deux pas de Bobby Greyfiards) : un immense pub dans la plus pure tradition écossaise, doublé d’une grande cour où prendre sa pinte à l’air libre. Des écrans géants permettent de suivre les événements sportifs, des énormes et moelleux fauteuils club t’accueillent après une longue journée de balade. Une ambiance très conviviale.
  • Dirty Dick’s bar (159 Rose St – dans une des très charmantes rues piétonnes de New town) : au delà du jeu de mots qui nous aura tenu un bon moment, c’est un pur pub écossais. Immense bar en bois, déco qui dégueule des murs aux plafonds,  sélection de whiskys à tomber,  petits plats locaux à dévorer du bout des doigts, un chouette endroit pour se restaurer.
  • Mum’s great comfort food (4A Forrest Rd – à 2 pas du National Museum of Scotland) : comme son nom l’indique, un petit restaurant sans prétention où on t’accueille comme à la maison. Tourte à la citrouille, saucisse, purée : la nourriture est nourrissante, le service décontracté et accueillant. Un peu de queue à prévoir aux heures de pointe mais l’efficacité du staff fait qu’on attend finalement assez peu.
INFORMATIONS PRATIQUES

Nous avons passé 5 nuits / 4 jours complets sur place, ce qui est tout à fait suffisant pour découvrir tranquillement la ville, voir plusieurs pièces de théâtre et visiter des monuments, tout en prenant le temps d’être en vacances (shopping, glandouille en terrasse, pubs…). Les vols Ryanais depuis Franfort restent  accessibles. Question logement, nous avons eu la chance de trouver un très joli appartement sur Airbnb. Si tu souhaites te rendre à Edinburgh au mois d’août, je recommande de réserver son logement un peu à l’avance car les prix s’envolent pendant le Fringe. La vie sur place est assez chère (compter 40€/jour/personne logement compris) si l’on souhaite un peu découvrir, se cultiver et faire des découvertes culinaires. Pour les repas, nous avons presque systématiquement grignoté des en-cas dans des pubs et n’avons finalement  presque pas fait de « vrai » restaurant.

Le centre d’Edinburgh se pratique aisément à pied et c’est certainement la meilleure option pour découvrir la ville et ses magnifiques bâtisses. Pour se déplacer en dehors de la ville, le bus reste la solution la plus aisée. L’application mobile Edinbus permet de choisir son itinéraire et de se localiser (les bus sont équipés de wifi) et un pass journalier (« one day ticket« ) permet de prendre le bus autant de fois que tu le veux pour crapahuter librement. Penser à toujours avoir l’appoint sur soi car les conducteurs ont peu de monnaie. Les taxis sont omniprésents et très faciles à héler si jamais tu as un peu la flemme ou qu’il est trop tard pour prendre le bus.

Publicités

3 réflexions sur “Fantômes, vieilles pierres et pintes de bières / 5 jours à Edinburgh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s